Non à l'extraction de gaz et de pétrole

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Les ALTERNATIFS 
solidarités-écologie-féminisme-autogestion
 Fédération des Alpes-Maritimes
Non à l'extraction de gaz et de pétrole au large des côtes méditerranéennes
Le 11 avril un permis d’exploration d’hydrocarbure en (mer) Méditerranée, au large de Toulon, pourrait être renouvelé et ouvrir le chantier d’exploitation à la société texane « Noble Energy ». Il s’agit du permis Rhône-Maritime. Sur 9750 kilomètres carrés, et à une profondeur avoisinant les 3000 mètres, il menace non seulement le parc naturel de Port-Cros mais aussi  une zone protégée de reproduction de cétacés, le sanctuaire Pélagos dont on note déjà que la prospection sismique par ondes acoustiques qui sillonnent le secteur depuis un an les perturbent sérieusement.
La catastrophe du golfe du Mexique, les difficultés de Total en mer du Nord, montrent au monde l’incapacité des compagnies pétrolières à gérer les aléas de leurs installations.  Sur une zone sismique et dans une mer semi-fermée, la catastrophe serait encore plus dévastatrice.
Pour les Alternatifs, l’accent doit être mis sur une politique volontariste de sobriété et d’efficacité énergétique ainsi que d’une véritable recherche dans les énergies non polluantes et renouvelables au lieu de poursuivre des recherches de plus en plus risquées de niches d'hydrocarbures, mettant en danger les écosystèmes et les sociétés humaines.
Les Alternatifs sont totalement opposés à la mise en chantier de tous les permis d’exploration ou exploitation d’hydrocarbures, conventionnels ou de schistes, accordés par le ministère Borloo et récemment découverts par la population.
Ils sont partie prenante des mobilisations citoyennes contre le gaz de schiste et des manifestations du dimanche 8 avril à La Seyne (Var ) pour contraindre le ministère de l’industrie,  à ne pas prolonger le  permis en question, d’exploitation d’hydrocarbure en Méditerranée,  qui constitue une menace sans précédent sur l’écologie maritime et terrestre méditerranéenne ainsi que sur l’avenir professionnel des riverain-e-s.
L'avenir, c'est la sobriété, l'efficacité énergétique et le développement massif des énergies renouvelables à faible empreinte écologique.
Pour la fédération des Alpes-Maritimes des Alternatifs :
Bruno Della Sudda, Marcelle Monzeglio, porte-parole
Nice le 6 avril 2012

Publié dans écologie

Commenter cet article