Communiqué de presse du MRAP

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse



«Justice à deux vitesses » au tribunal correctionnel de Grasse :


Le MRAP demande avec force la révision des procédures policières
Et une Justice égale pour tous

Vendredi  24 janvier 2012 a été rendu le jugement du tribunal correctionnel
de Grasse dans le procès de sept policiers, à la suite de la mort de Hakim
AJIMI le 9 Mai 2008, lors d’une interpellation. Seules ont été prononcées
des peines de prison avec sursis – respectivement de 6, 18 et 24 mois -
pour trois seulement des sept policiers impliqués dans une arrestation
mouvementée et violente, au cours de laquelle furent appliquées compression
thoracique et clé d’étranglement.

Le MRAP tient à exprimer sa solidarité à la famille AJIMI  lors de cette
nouvelle étape d’un procès qui refuse que Vérité soit dite et que Justice, à
la hauteur de la gravité des faits, soit rendue.

C’est grâce à la saisine de la CNDS par les sénatrices Alima
BOUMEDIENNE-THIERY  et  Nicole BORVO-COHEN-SEAT, ainsi qu’au rapport de
cette instance en date du 12 avril 2010, que des poursuites furent enfin
engagées dans une affaire qui donne à voir de graves défaillances dans le
fonctionnement de la Police et de la Justice.

Dès 2008, l’usage de la « clé d’étranglement » était clairement connu pour
avoir provoqué  le 20 novembre 1998 la mort  de Mohamed SAOUD, pour laquelle
la France avait été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme
(CEDH), dans un arrêt du 9 octobre 2007. Quant à la compression thoracique,
elle avait abouti à la mort par asphyxie (dans ces cas par « pliage ») de
deux étrangers embarqués de force dans des avions pour être reconduits hors
de France :   l’Argentin Ricardo BARRIENTOS le 30 décembre 2002 et le
Somalien Getu HAGOS MARIANE, le 18 janvier 2003 .

Les condamnations avec sursis des trois policiers laissent un goût très amer
à la famille et aux amis  de HAKIM, ainsi qu’à leurs soutiens. Elles donnent
à voir une justice pour laquelle toutes les vies ne se valent pas, une
police trop sûre de son immunité, une France en rupture d’égalité entre tous
les citoyens, selon leur lieu d’habitation, leur origine ou leur couleur de
peau.

De Grasse à Argenteuil (Ali ZIRI, 11 juin 2009), Clermont-Ferrand (Wissam
EL-YAMNI, 1er janvier 2012), Aulnay- sous-bois ( Abdel, janvier 2012),
Colombes (Mamadou MAREGA, 29 novembre  2010) , Paris ( Lamine DIENG, 17 juin
2007),
Colombes (Abou Bakari Tandia, 24 janvier 2005)…, l
a chaîne des morts brutales lors de contrôles de police s’allonge.

Le MRAP demande avec force une révision urgente des procédures policières
et une Justice égale pour tous

Paris, 25 février 2012

Publié dans solidarité

Commenter cet article